Dans ce blog vous trouverez des portraits de quelques centaines de plantes et fleurs sauvages du Périgord. Au fil des saisons des nouvelles images seront ajoutées.

Corine Oosterlee, botaniste et photographe, vous propose également des Balades Botaniques guidées et autres activités autour de la flore sauvage, la végétation et la nature en Périgord. Pour en savoir plus regardez sur baladebotanique.fr.

Son site photographie est corineoosterlee.com.


27 novembre 2020

Dompte-venin officinal

Dans cette pelouse les herbes sont couvertes de gouttes de rosée et de toiles d'araignée. Quelques plantes jaunes attirent l'oeil. Ce sont des pieds de Dompte-venin (Vincetoxicum hirundinaria) en tenue d'automne.

 


 

 

Ils poussent surtout sur sol calcaire, sur les pelouses ou dans un bois de chênes pubescents où le soleil éclaire le sol entre les arbres.



 

Ici une coupe récente en été. Après la disparition des arbres beaucoup de plantes ont profité de la lumière et l'espace est bondé. Le Dompte-venin officinal paraît un peu perdu dans la verdure.

 

 

Il a beaucoup de petites fleurs crème. Les petales sont un peu épais. Les feuilles opposées sont souples et fines. Avec un peu d'effort on peut comprendre que le Dompte-venin officinal est un cousin de la Pervenche, la forme des fleurs et le nombre de petales, et aussi les feuilles se ressemblent, même si la Pervenche a des petales souples et fines et des feuilles plutôt épaisses.

Le Dompte-venin a une certaine réputation comme contre-poison après une morsure de serpent. Mais peut-être cela vaut mieux d'éviter cette rémède pour ne pas se faire empoisonner deux fois. Malgre l'officinal' dans son nom, cette plante est vraiment toxique.



Mais belle!

(Les baies rouges qui font un si beau contraste sont d'une autre plante, elle aussi vénéneuse, le Tamier commun.)



2 novembre 2020

Passerage de Virginie

On peut le trouver une grande partie de l'année en fleur, le Passerage de Virginie (Lepidium virginicum). Il fait beaucoup de petites fleurs blanches minuscules, et si pour une raison ou autre une de ces tiges est coupée, il recommence tout simplement à faire des tiges et des fleurs.




Souvent on voit fleurs, fruits, et restes de fruits sur une même plante. Les fruits sont des petites disques écranchées au sommet.

 


 

Au début de la floraison il a encore beaucoup de feuilles, allongées et légèrement dentées; au cours de la saison il perd la plupart de ses feuilles et fait surtout des fleurs et fruits. Comment est-ce qu'il arrive à se nourrir avec si peu de chlorophylle? Il n'a pas beaucoup de réserve dans les racines, c'est une plante annuelle. Peut-être qu'il ne se nourrit pas trop, il met sur la réproduction pour sa survie et il produit autant de graines que possible jusqu'à son épuisement.




 

Ici une plante bien developpée. Il a le port érigé typique pour les Passerages. On trouve le Passerage de Virginie en général dans des endroits anthropogènes, comme ici sur un chemin en castine pas trop fréquenté.

 


30 octobre 2020

Héliotrope commune

Cette plante avec ses petites fleurs blanches commence à fleurir après l'été et continue à faire des fleurs jusqu'en octobre. L' Héliotrope commune (Heliotropium europaeus) pousse en général dans les champs de culture après recolte, et dans des habitats comparables comme les jardins potagers.

 



Les fleurs sont petites, mais il y en a beaucoup. En ce moment on voit surtout les graines qui se développent le long des tiges.


Chaque tige se termine dans une cyme scorpioïde qui se déroule et se rallonge au fur et à mésure de la floraison. Ce type de cyme on trouve aussi chez des autres réprésentants de la famille des Boraginaceae (les Myosotis par exemple).




 

Ici le 'sommet' d'une cyme au début de la floraison. Les feuilles sont un peu gauffrées et hirsutes, aussi un trait distinctif de cette famille.  








17 octobre 2020

Calament faux Népéta

 

Surprise! Un champ de céréales en friche après la récolte en été a changé de couleur. Il est couvert de plantes lilas. Et une odeur épicée émane de cette végétation. Le Calament faux Népéta (Clinopodium nepeta subsp nepeta) est en fleur et il sent fort, un peu menthe, un peu pharmacie. La plupart des Calaments sont parfumés, mais ils sont discrets comparé à celui-ci.

 



Vous ne risquez pas de sentir souvent ce parfum, le Calament faux Népéta est très rare. On le trouve surtout dans les champs de culture et il n'aime ni l'engrais ni les herbicides. Donc on comprend pourquoi il est si rare.

 


 

Comme les autres Calaments, il est une plante d'automne. Avant août on ne le voit pas, et sa floraison continue jusqu'à novembre. Il porte des verticilles de petites fleurs avec des calices avec des dents courtes, critère important pour le distinguer de ses cousins.

 

Ces petites touffes denses sont au plus bel effet parmi les pierres de ce champ.

On espère de le revoir l'année prochain!



30 septembre 2020

Calament clinopode

 

Cette plante à feuilles rondes fait un joli contraste avec les feuilles de châtaignier récemment tombées. C'est le Calament clinopode (Clinopodium vulgare) à la fin de sa floraison.




Il n'y a plus beaucoup de fleurs, et elles semblent d'être seules dans les aiselles des feuilles et pour cette raison, on pourrait les confondre avec les autres Calaments. Il faut utiliser le nez: la plupart des calemants sont parfumés, une odeur plus ou moins forte qui ressemble la menthe et l'origan. Le Calament clinopode n'a pas d'odeur spécifique, ça sent le vert, c'est tout.




Normalement, beaucoup de fleurs sont groupées aux noeuds autour de la tige, formant des boules.

 


 

En automne la plante manque de force et se limite à quelques fleurs par noeud.



Les boules assèchées qui ont fleuri il y a quelques semaines sont maintenant visibles partout.

Partout, parce que le Calament clinopode est commun et il pousse sur beaucoup de types de sol. Il semble quand-même qu'il a une préférence pour les bords de chemin. Au plaisr des randonneurs.

 

 

19 septembre 2020

Mors du diable

Ce chemin traverse une châtaigneraie sur sol sablonneux. Malgré les deux mois de sècheresse de cette fin d'été des fleurs poussent sur les bords. La chaleur n'a pas posé de grands problèmes au Mors du diable (Succisa pratensis), même si les feuilles ont l'air un peu triste.

 



Bien sûr, ici il pousse à l'ombre. En fait, il a besoin d'un sol assez humide pendant une partie de l'année, mais pendant la floraison entre août et novembre il se débrouille avec ce qu'il a à sa disponibilité.



 
 
On voit sa beauté surtout quand on s'approche. Les têtes sont composées de petites fleurs d'un beau lilas-bleu, qui contraste au plus bel effet avec les étamines roses.

Pensez-vous que la fleur ressemble un peu aux Scabieuses? Vous avez raison, le genre Succisa appartient comme le genre Scabiosa à la famille des Dipsaceae

Pour compliquer les choses: récemment, pour des bonnes raison qui nous ne concernent pas, les biologistes ont conclu que les Dipsaceae doivent désormais faire partie de la famille des Caprifoliaceae. N'importe... on continue à regarder cette plante avec plaisir !

 


 

 

Ici des Mors de diable dans un milieu plus ouvert: une pelouse dans la vallée de la Dordogne.


Quand il ne fleurit pas, on peut trouver ses feuilles au niveau du sol. La tonte ou le passage de herbivores ne le gênent pas.



17 août 2020

Viorne lantane

Le Viorne lantane (Viburnum lantana) est un arbuste un peu débraillé qui pousse surtout dans des endroits secs sur sol calcaire. On peut le trouver en plein soleil, mais surtout là où il y a un petit peu d'ombre, comme ici, en lisière d'un bois de chênes pubescentes.

 


Maintenant il a déjà fait ses baies et il n'est pas facile d'en trouver encore quelquesunes.















Sur l'arrière-plan on voit une grappe de fruits verts qui n'ont jamais mûri, entourée par des feuilles assèchées mortes. En mûrissant, les baies deviennent rouges et ensuite noires. Souvent on trouve de grappes avec des baies en plusieurs stades de maturité.

 

Les fleurs, au mois d'avril, sont parfumées et d'un beau blanc-crème. 















Ces terres rouges ne sont pas calcaires du tout! En Dordogne, des terres plutôt acides se trouvent souvent à côté des terres calcaires, et la végétation et flore typiques pour le calcaire et l'acide se trouvent aussi côte à côte. Ce qui explique la présence de la Viorne lantane sur cet image.

 

 

Les feuilles de la viorne lantane sont un peu duveteuses, probablement une adaptation à la sècheresse.

 

 

Même sous la pluie la viorne lantane est belle.

9 août 2020

Raiponce orbiculaire

Beaucoup de plantes n'ont plus envie de fleurir après cette période très sèche et très chaude. Mais la Raiponce orbiculaire (Phyteuma orbicularis) a décidé autrement.

 

Les pieds sont petits cette année, et pas très voyants sur ce côteau calcaire aride et ensoleillé, il faut regarder plusieurs fois avant qu'on les voit, malgré leur belle couleur bleue.

Un petit araignée crabe a choisie une tête de fleurs pour affût, à l'approche de la photographe elle essaye de se cacher.

 

 
 
 
Quelques feuilles longues et fines à la base d'un tige d'à peine deux décimètres, et ce bleu, c'est tout!
 
 

 



31 juillet 2020

Saponaire officinale


Quand on frotte une tête de fleurs de cette plante entre les mains, une sorte de mousse surgit et on peut se laver les mains avec. La Saponaire officinale (Saponaria officinalis) peut vous donner au moins l'impression d'avoir les mains propres.








Elle est une plante grégaire qui produit une masse de tiges avec des fleurs roses et qu'on trouve assez souvent sur les bords de route et aux limites des champs. Elle a besoin d'un sol pas trop pauvre et un peu de place pour tout le monde.
























Déjà pendant la floraison des fruits se forment.


























Mais il est très bien possible que, à la fin de l'été ou après avoir été coupé, la Saponaire officinale commence de nouveau à fleurir.




11 juillet 2020

Epilobe hérissée


À proximité d'un ruisseau, presque à l'ombre des arbres, poussent quelques grandes plantes. Elles commencent juste à fleurir.




Pour rencontrer l'Epilobe hérissée (Epilobium hirsutum) il faut commencer à chercher un ruisseau ou une mare, parce qu'il a besoin de beaucoup d'humidité pour pousser. Il aime les sols fertiles, peut-être avec les nutriments portés par l'eau en hiver.



Il porte beaucoup de petits fleurs d'un beau rose foncé et des pistils un peu pendants, vraiment voyants, en forme de croix; les étamines sont beaucoup plus discrètes.



Toute la plante est couverte de poils doux qui la donnent un aspect duveteux agréable au toucher. Sous les fleurs, les fruits en formation, légèrements teintés de rouge, sont déjà visibles.



Quand les fruits sont mûrs ils s'ouvrent en quatre ailes, et depuis chaque aile des petits grains bruns pourvus d'un duvet blanc sortent pour voyager avec le vent  vers des nouveaux horizons.



7 juillet 2020

Chlorette à feuilles perfoliées


Peut-être que les feuilles sont la partie la plus saillante de cette plante de la famille des Gentianacées. 




Elles sont glauques et forment une sorte de soucoupe percée au milieu par la tige.

Regardez quand-même les fleurs de la Chlorette à feuilles perfoliées (Blackstonia perfoliata). Elles ne sont pas à négliger.





Une dizaine de pétales d'un beau jaune qui se recouvrent partiellement sortent comme des petites pointes torsadées parmi les dix pointes des sepales.



Tôt le matin elle ne sont pas encore ouvertes.









 
On trouve la Chlorette à feuilles perfoliées dans les prairies et pelouses sur calcaire, en géneral quelques pieds dispersées, pas en grands groupes comme ci-dessus.







 
Elle fleurit surtout au début de l'été. Maintenant, en juillet, les fruits commencent à se former.







Encore quelques semaines et peut-être une petite canicule et il n'y aura que des plantes sèches parmi les herbes sèches.




3 juin 2020

Hélianthème des Apennins


Collé contre le rocher pousse une touffe de fleurs blanches. Elle s'est égarée de la pelouse calcaire au-dessus de la falaise. Les pelouses calcaires, c'est l'habitat préféré de l'Hélianthème des Apennins (Helianthemum apenninum)



Au printemps il fait beaucoup de fleurs blanches. Parfois il re-fleurit en automne, ou même en plein été après un orage qui apporte de l'eau.





Comme beaucoup de Cistaceae, l'Hélianthème des Apennins est un petit arbuste bien adapté à l'environnement où il pousse, le sol calcaire de ces pelouses s'assèche rapidement. Ses feuilles étroites s'enroulent si nécessaire.



 
Les fleurs sont facilement reconnaissables avec leurs pétales un peu froissées et un pinceau d'étamines jaunes.





23 mai 2020

Catapode raide


Beaucoup de graminées fleurissent au mois de mai. Comme cette Catapode raide (Catapodium rigida) qui montre des étamines blanchâtres le long de ses épillets, comme si elle est saupoudrée de sucre.





Les Poacées (graminées) sont des anémochores, elles ont besoin du vent pour transporter le pollen vers une autre plante. Il est peut-être plus difficile de profiter du vent pour une petite plante au ras du sol que pour une grande.




Apparemment, la Catapode raide réussit bien à se multiplier malgré sa petite taille. Elle pousse partout dans des endroits secs et dans des zônes où il y a peu de végétation. Comme une pelouse éparse sur calcaire, ou parmi les castines d'un chemin, ou, comme ici, sur un muret.






En fait, elle n'est pas une vraie fétuque. Raide, elle l'est vraiment.




Les épillets sont dans deux rangs, plutôt tournés vers une côté, ce qui donne un peu l'impression d'une brosse à dents.




Pour une plante si petite, elle est assez déclamatoire, même parmi les Trèfles plus colorés on la reconnaît tout de suite.