La flore du Périgord est riche et abondante et elle nous prépare des belles surprises. Dans ce blog vous trouverez des portraits d'une centaine de plantes et fleurs sauvages d'ici. Au fil des saisons des nouvelles espèces sont ajoutées.

Corine est botaniste et photographe et elle vous proposera des Balades Botaniques guidées et autres activités autour de la flore sauvage, la végétation et la nature en Périgord.
Pour en savoir plus regardez "Les Balades" et le "Calendrier" à droite de ce page.


A bientôt !



24 septembre 2013

Picride fausse-épervière


Quelques toiles d'araignée, un rang de fleurs jaunes.






















Une friche tacheté de jaune et blanc comme on le voit partout en ce moment. Deux espèces de plantes très communes qui fleurissent de la fin de l'été jusqu'aux premières gelées, et même après. Parmi les ombelles blanches des Carottes sauvages (Daucus carota) on voit les têtes de fleurs jaunes de la Picride fausse-épervière (Picris hieracioides).








Les fleurs jaunes sont de 'type pissenlit', composées de quelques dizaines de fleurs liguliformes.















Comme les pissenlits, les fruits mûrs portent des aigrettes fines et élégantes.


25 août 2013

Germandrée botryde


Depuis peu de temps ce champ parsemé de Carottes sauvages est une truffière. L'hiver dernier, l'agriculteur a planté des petits chênes truffiers mycorrhyzés avec le champignon précieux. Pour protéger les jeunes arbres contre les chevreuils gourmands, il les a enrobés dans un filet en plastique noir. Quand le Périgord était encore une pays à vignes, le champ a été une vignoble, et après on y a cultivé du tabac jusqu'aux années '70 ou '80 du dernier siècle. Et après, le champ a été abandonné et envahi par les génévriers.


L'agriculteur a nettoyé et labouré, et avec cela des graines en repos dans le sol pendant des longues années sont montés vers la surface. Ce sont les graines de 'mauvais herbes' qui poussaient dans les vignes et le tabac, parfois des espèces devenues rares. Maintenant ils retrouvent un sol meuble qui les donne la chance de germer.








 
Du coup on trouve des 'mauvais herbes' annuelles hors commun dans cette nouvelle truffière! Par exemple ce petit Germandrée botryde (Teucrium botrys) avec des feuilles découpées et un peu velues.













Comme l'autre Germandrée, celui-ci n'a pas de lèvre supérieure et les étamines dépassent la fleur.


24 août 2013

Germandrée petit-chêne


Des longues semaines sans pluie ont donné un aspect grillé aux prairies et clairières. A peine quelques feuilles vertes sont encore visibles. La germandrée petit-chêne (Teucrium chamaedrys) a l'habitude de sècheresse, elle pousse de préférence dans un endroit ensoleillé sur sol calcaire qui ne retient pas l'eau de pluie.


Elle a déjà terminé sa floraison, seulement les calices brunes restent encore sur les plantes.

















Mais si on cherche bien on trouve encore quelques fleurs roses. La fleur n'a pas de lèvre supérieure, les étamines pointées vers le haut sont bien visibles.













On voit d'où vient le nom de la plante: les feuilles ressemblent à des feuilles de chêne stylisées en miniature.


20 août 2013

Cirse laineux


Dans une friche envahie par des Carottes sauvages blanches et des Picrides fausse-épervière jaunes, un chardon majestueux montre ses couleurs. C'est un Cirse laineux (Cirsium eriophorum) de presque deux mètres de hauteur.


Il lui a fallu deux ans pour pousser si grand. La première année la plante a fait une rosette au ras du sol, avec une longue racine pointue qui permet la plante de trouver de l'eau en profondeur, même quand l'été est sec, comme maintenant.













Les larges feuilles à trois dimensions sont profondement découpées; les pointes aboutissent en épines douces qui vont en haut et en bas de la feuille.















La deuxième année le cirse a fait un tige et des fleurs. Chaque capitule contient des dizaines de fleurs tubuliformes pourpres. La capitule est construit de bractées entourées par un tissu laineux, comme un toile d'araignée dense. Ici les fleurs sont visitées par une petite punaise verte et toute une famille de petits coléoptères noirâtres.


17 juillet 2013

Chardon penché


Cette année les friches et prairies sont belles! Beaucoup de fleurs sauvages ont bien aimé les pluies de mai et juin et sont présentes en plus grandes quantités, et aussi en plus grande taille, que d'habitude.



Comme ce Chardon penché (Carduus nutans) avec des fleurs rose-lila, ici photographiée dans un champ inculte depuis deux années.
















Le dessous de ses feuilles piquantes est couvert d'un fin tissu comme un toile d'araignée, et la tête de fleur est entourée par un involucre avec des bractées pointus et durs, aussi avec des fils d'araignée.


12 juillet 2013

Guimauve hérissée


On peut trouver cette petite Guimauve hérissée (Althaea hirsuta) dans les prairies sèches et pauvres. Elle est assez discrète parmi les fleurs plus grandes.


Chez les Guimauves (et aussi chez les Mauves) la calice avec la corolle rose est posé sur une calicule comme une soucoupe en forme d'étoile. Chez cette Guimauve le tige porte des poils hérissés.












Difficile à croire que cette plante appartient à la même famille que les tilleuls. Les gendarmes, des petits coléoptères rouge et noir, le savent, ils ont une préférence pour les Malvacées.


11 juillet 2013

Viperine


Une friche pleine de couleurs. Les fleurs bleues sont des grandes groupes de Viperines (Echium vulgare). Un 'mauvais herbe' qui pousse presque partout, dans friches, décombres, bords des routes, même dans le jardin potager.



Si le beau temps change en sècheresse, la Viperine ne meurt pas mais continue à fleurir. On peut bien cueillir quelquesunes pour les mettre dans un vase; elles tiennent bien.














Comme avec beaucoup de Borinagacées les tiges et les feuilles sont couverts de poils rouges et rugueux.

31 mai 2013

Ophrys mouche


Une autre plante qui se confond bien avec son environnement. L'Ophrys mouche (Ophrys insectifera) est une orchidée avec des petites fleurs brunes qui passe souvent inaperçu. Dans les forêts sur sol sec et pauvre, dons une clairière entre les chênes et génévriers dispersés elle pousse.






















Quand-même, certains insectes savent bien la trouver; les fleurs ressemblent à des mouches ou petites abeilles avec même des antennes. Et elles émettent des odeurs qui ressemblent aux phéromones de ces insectes.

Gesse à graines rondes


Les pluies de ce mois de mai ont fait pousser l'herbe. La Gesse à graines rondes (Lathyrus sphaericus) est encore mieux caché que d'habitude entre les graminées hautes. Malgré la couleur orange fluo des petites fleurs il faut vraiment chercher la plante, elle est petite et ses tiges et feuilles allongées se confondent bien avec la végétation qui l'entoure.



On la trouve dans prairies calcaires où l'agriculteur n'a pas mis trop d'engrais, ou même dans les friches abandonnées.


1 mai 2013

Myosotis hérissé


A côté de la Ceraiste aggloméré une autre plante, aussi à floraison massive, aussi annuelle avec une courte durée de vie. Le Myosotis hérissé (Myosotis ramosissima) est le plus petit des Myosotis, en général les plantes ne sont pas plus hauts que cinq centimètres.






30 avril 2013

Ceraiste aggloméré


Dans une prairie sèche, un endroit où l'herbe ne pousse pas. Une floraison massive.  Le Céraiste aggloméré (Cerastium glomeratum) est une plante annuelle avec une cycle de vie courte; dans une ou deux semaines les tiges vertes de la photo seront jaunes et la plante mourira.






20 avril 2013

Anémone fausse rénoncule


Voilà une autre Anémone. Sauf pour sa couleur elle ressemble beaucoup l'Anémone sylvie, mais elle est un peu plus grande et un peu plus tardive. L'Anémone fausse rénoncule (Anemone ranunculoides) aime les bois frais et les sols un peu humides.























Elle n'est pas facile à trouver parce que c'est une plante rare dans notre région. Ici un exemplaire qui pousse au bord d'un ruisseau, dans l'arrière-plan de l'image l'eau courante reflète le ciel bleu. On voit bien l'involucre.

Anémone sylvie


Dès début avril des petites fleurs blanches tapissent le sol des bois. L'Anémone sylvie (Anemone nemorosa) est en fleur. C'est une plante qui préfère un sol un peu acide sous les arbres feuillus.



Ici, des petites insectes cherchent à manger le nectar sous la masse des étamines jaunes.


















Chez les Anémones, chaque tige porte une fleur et, plus bas,  quelques feuilles qui sont attachées à la tige au même endroit, l'involucre.
Les feuilles et aussi la fleur ressemblent un peu le Bouton d'or. Oui, c'est la même famille des Rénoncules.









19 avril 2013

Primevère élevée


On voit des primevères partout, mais la Primevère élevée (Primula eliator) un peu moins souvent que les autres espèces. Parfois on trouve ses fleurs jaunes pâle, hautes sur les tiges, au bord d'un ruisseau, sous les arbres.





28 mars 2013

Cymbalaire des murs


Elle montre presque tout l'année quelques fleurs lilas, mais maintenant la Cymbalaire des murs (Cymbalaria muralis) est en pleine floraison. Elle est enracinée dans les crevasses d'un rocher ou un vieux mur ou un autre surface vertical, de préférence pas trop loin d'eau.



Ici elle pousse sur un rocher au-dessus d'un suintement, mais on peut la chercher aussi à côté d'un vieux lavoir, le bief d'un moulin, un cours d'eau aménagé.















Les fleurs lilas, avec sur le labelle inférieure deux protrusions jaunes, sont faciles à reconnaîte.


22 mars 2013

Violette blanche


C'est la saison des petites violettes printanières. En général elles sont bleues, mais parfois on trouve des violettes blanches. Oui, ça arrive, qu'un pied de la Violette odorante (voir aussi Violettes de printemps) donne des fleurs qui sont blanches au lieu de bleues. Mais la plante ci-dessous pousse sur sol argileux et sec, au milieu d'un chemin peu fréquenté dans un forêt de charmes et chênes. C'est le habitat typique d'une autre espèce, la Violette blanche (Viola alba).



Il y a aussi des autres petits détails dans la morphologie de la plante qui montrent que c'est une espèce séparée. Mais il faut une loupe pour les voir.















Deux mètres plus loin sur le même chemin pousse la Violette à feuilles sombres (Viola alba ssp scotophylla). C'est une variation de la Violette blanche avec des feuilles plus foncées et l'éperon pourpre. Au premier plan on voit encore quelques feuilles veinées de pourpre de l'an dernier. Sous la fleur les nouvelles feuilles se développent.









8 février 2013

Inondation


Les pluies abondantes de cet hiver ont fait déborder les ruisseaux. Dans cette petite vallée boisée l'eau coule partout.

Ces nouvelles feuilles, tachétées de blanc, sont de l'Arum d'Italie (Arum italicum). Un rayon de soleil dessine des traits blancs sur l'eau.



Et aussi le Perce-neige (Galanthus nivalis) est inondé.


















Quand l'eau se retirera dans quelques jours ou quelques semaines, les plantes continueront à pousser. Sans problème!














7 février 2013

Primevère commune


La première de cette année! Aujourd'hui à Trémolat, sur une pente boisée. Elle est bien précoce, cette Primevère commune (Primula vulgaris).





31 janvier 2013

Lamier pourpre


En fleur en janvier: le Lamier pourpre (Lamium purpureum). C'est une petite plante annuelle qui pousse dans des jardins potagers et dans les champs de mais laissés en friche après la récolte.



Et aussi ailleurs, dans un tas de bois, par exemple.



















Ou à côté d'un tas de pierres.
Les plantes de la famille des Lamiacées ont toutes une tige carrée, des feuilles opposées et des fleurs avec un labelle tacheté.











4 janvier 2013

Primevère


Parmi les feuilles mortes du Charme (Carpinus betulus)...



... encore six semaines, et la Primevère vraie (Primula veris) sera en fleur!