La flore du Périgord est riche et abondante et elle nous prépare des belles surprises. Dans ce blog vous trouverez des portraits d'une centaine de plantes et fleurs sauvages d'ici. Au fil des saisons des nouvelles espèces sont ajoutées.

Corine est botaniste et photographe et elle vous proposera des Balades Botaniques guidées et autres activités autour de la flore sauvage, la végétation et la nature en Périgord.
Pour en savoir plus regardez "Les Balades" et le "Calendrier" à droite de ce page.


A bientôt !



27 juillet 2011

Sureau yèble


Une Cétoine dorée (Cetonia aurata) mange les fleurs d'un Sureau yèble (Sambucus ebulus). Cette coléoptère se nourrit pas du nectar mais surtout du pollen et des étamines des fleurs, et parfois aussi des pétales ou des fruits. Avant de paraître comme adulte elle a vécu quelques années en forme de ver épais et blanc sous la terre, dans le bois composté ou même au fond d'un pot de géraniums, où elle s'est nourrie de restes végétaux en décomposition (jamais des racines vivantes des plantes). La Cétoine dorée a un penchant marqué pour le sureau yèble, pendant toute la floraison de juillet à août on peut la trouver sur ses fleurs.



Le Sureau yèble pousse souvent en grandes groupes, d'une hauteur d'environ un mètre, sur terrain fertile et un peu humide. Il est un cousin du Sureau noir, mais au contraire de celui-ci il n'est pas une arbuste mais une plante vivace. Il a l'odeur des sureaux, mais plus fétide. Quand en automne les branches meurent, ça pue franchement!









Ici on voit que parfois il y a fleurs et fruits en même temps.



25 juillet 2011

Capillaire cheveux-de-venus


Un rocher calcaire, une surface verticale au-dessus d'une source ou d'un ruisseau, même s'il n'y a pas de lumière, la Capillaire cheveux-de-venus (Adiantum capillarus-veneris) aime cela.






















Les feuilles pendantes de cette petite fougère sont divisées en pinnules en éventail portées par des très fines tiges noires.

12 juillet 2011

Gymnocarpe de Robert


Cette petite fougère discrète pousse en bas d'une pente, en lisière de forêt. Ses feuilles d'un beau vert clair sortent d'un long rhizome sousterrain.C'est la Gymnocarpe de Robert (Gymnocarpium robertianum).



Il faut vraiment se pencher pour  voir bien sa limbe finement découpé. Si on tourne une fronde (prudemment, c'est fragile!) on voit les sores, les masses de spores, en rangs reguliers sur la face inférieure.


10 juillet 2011

Centaurée scabieuse



Elle supporte bien la sècheresse, la Centaurée scabieuse (Centaurea scabiosa). Ses capitules pourpres contrastent avec l'herbe jaune.



Comme toutes les composées (les plantes appartenant à la famille des Asteraceae), ses capitules contiennent plusieurs fleurs. Celles-ci sont entourées par un nombre de bractées qui forment l'involucre, ici visible comme des écailles bordées de brun sous la fleur.































Chez la Centaurée scabieuse toutes les fleurs sont tubulaires, et celles à l'extérieur de la capitule sont élargies. Les fourmis adorent!