La flore du Périgord est riche et abondante et elle nous prépare des belles surprises. Dans ce blog vous trouverez des portraits d'une centaine de plantes et fleurs sauvages d'ici. Au fil des saisons des nouvelles espèces sont ajoutées.

Corine est botaniste et photographe et elle vous proposera des Balades Botaniques guidées et autres activités autour de la flore sauvage, la végétation et la nature en Périgord.
Pour en savoir plus regardez "Les Balades" et le "Calendrier" à droite de ce page.


A bientôt !



26 janvier 2017

Grande bardane


Une plantation de jeunes peupliers, pas trop loin de la rivière Dordogne. A l'arrière-plan on voit encore quelques housses de plastique bleue que le propriétaire à mis pour protéger ses arbres contre les dégâts par les chevreuils. On peut dire que les plantations de peupliers détruisent les zônes humides; où ils sont plantés, les plantes de prairies humides ne veulent plus pousser, et la végétation sauvage sera remplacé par des espèces rudérales moins intéressantes. Comme par exemple les Bardanes. Ici on voit une Grande bardane (Arctium lappa) qui veut bien pousser ici. Quand-même, on ne peut pas dire qu'elle n'est pas intéressante. C'est une plante majestueuse, par sa taille de plus d'un mètre et par son port, avec les élégantes courbes des branches.





Ici, dans le paysage hivernal, on ne voit que les tiges mortes de l'année passée.






Les têtes sèches portent des petits crochets, et elles sont vraiment appropriées à embêter les copains en les mettant dans leurs cheveux, presque tous les enfants le savent.




7 janvier 2017

Erable de Montpellier



Dans ce forêt de feuillus dans le brouillard d'hiver, les arbres ont tous perdus leurs feuilles, sauf un petit chêne. A droite de lui deux troncs longs et fins se touchent. Ce sont des Erables de Montpellier (Acer monspessulanum). On ne le trouve pas partout, mais sur certaines pentes sur sol calcaire et sec il est bien présent.






Pas possible de se tromper, il n'y a pas beaucoup d'autres arbres qui produisent tellement de petites branches. Elles sont souvent opposées, et portent des petites feuilles trilobées.






En avril l'Erable de Montpellier produit des petites grappes de fleurs pendantes, en même temps les nouvelles feuilles se déploient.





Les fleurs sont bien visitées par les insectes, mais ici, sur la photo, par hasard, il n'y a aucun butineur.




Plus tard les fruits ailés, les samares, se forment. Ici on les voit sous la pluie de l'automne.




3 janvier 2017

Givre


Rien d'extraordinaire, cette prairie un peu ruderalisée par endroits. Mais un petit brouillard givrant change tout.

Le Brachypode des rochers (Brachypodium rupestre) prend la place des autres graminées dès que le sol s'enrichit un peu en nutrients.




Les tiges et feuilles mortes de l'été dernier sont assez coloriées comparé aux autres herbes, et maintenant une petite couche de givre les met vraiment en valeur.


Le Cirse commun (Cirsium vulgare) pousse partout où une graine tombe sur un sol remué par les animaux et où il est assez fertile, donc aussi dans cette prairie.



Les tiges et les capitules fanées sont encore belles même si elles ne sont plus vivantes.


Un petit peu de soleil perce le brouillard.




Le Panais sauvage (Pastinaca sativa) n'est pas une plante délicate, mais on dirait qu'elle a pris une certaine finesse aujourd'hui.






Cette mûre, la Ronce commune (Rubus fruticosus), prend les couleurs de feu en contre-jour. Cela ne va pas durer longtemps, si le gel persiste elle prendra des couleurs plus hivernales.