La flore du Périgord est riche et abondante et elle nous prépare des belles surprises. Dans ce blog vous trouverez des portraits d'une centaine de plantes et fleurs sauvages d'ici. Au fil des saisons des nouvelles espèces sont ajoutées.

Corine est botaniste et photographe et elle vous proposera des Balades Botaniques guidées et autres activités autour de la flore sauvage, la végétation et la nature en Périgord.
Pour en savoir plus regardez "Les Balades" et le "Calendrier" à droite de ce page.


A bientôt !



23 décembre 2014

Chênes


Chaque espèce de chêne a ses préférences concernant le type de sol et d'humidité. Parce qu'en Périgord les sols secs et calcaires se trouvent parfois côte à côte des sols limoneux et plus profonds et humides, les différents chênes sont parfois des voisins proches.

Lui, il est sans aucun doute un jeune chêne pubescent (Quercus pubescens).




La photo est prise hier, avec les premières gelées de cet hiver, à la lisière d'un bois sur calcaire. Il a encore des feuilles vivantes, ce qui est normal pour un jeune arbre, surtout quand l'automne est doux comme cet année. Les chênes pubescents gardent souvent leurs feuilles mortes sur les branches. Les feuilles ondulées et lobées à la base sont spécifiques pour cet espèce.

Ci-dessous on voit, parmi les feuilles de châtaignier, des feuilles de chêne avec des longues lobes. Elle sont tombées d'un grand Chêne tauzin (Quercus pyrenaica). Il pousse sur les mêmes sols argileux que le châtaigner, il n'aime pas du tout le calcaire.

 

Le Chêne tauzin est facile à reconnaître à ses feuilles. Elles sont profondement découpées et parfois assez grands, comme la feuille en haut à droite. Aussi les feuilles sont duveteuses, mais cela se ne voit plus sur les feuilles mortes.

Les feuilles ci-dessous sont tombées sur un sol profond et limoneux. A l'oeil, il y a plusieurs espèces, le Chêne pubescente, mais aussi quelques feuilles qui pourraient être tombées d'un Chêne sessile (Quercus petraea).





On ne trouve pas souvent ce chêne en Périgord. Il a des feuilles assez planes et régulières, non ondulées, et en coin à la base, sur un long pédoncule. Et oui, à cet endroit se trouvent quelques grands chênes avec des troncs longs qui se prolongent dans le cime étroit, typique pour cet espèce. Mais ce n'est pas facile avec les chênes, il se hybridisent facilement entre eux et il y a une grande variabilité.

22 décembre 2014

Capillaire des murailles


Un environnement typiquement Périgourdin pour cette petite fougère. La Capillaire des murailles (Asplenium trichomanes subsp. quadrivalens) a choisi comme habitat un mur en ruine d'une ancienne ferme dans les bois, abandonnée pendant l'exode rural.



Elle couvre une partie du mur avec ces frondes pendantes.





Ici elle pousse sur un vieux tronc d'arbre couvert de mousse et lierre. La pluie rend ses petites frondes encore plus luisantes.

8 décembre 2014

Lamier tacheté


Proche des rivières on trouve des sols marécageuses qui n'ont pas de valeur pour l'agriculture. On y a planté des peupliers, pour les drainer et pour profiter d'une recolte de bois. Donc le long de la Vézère et de la Dordogne on trouve des grandes peupleraies, les arbres plantés en rangs. Malgré une certaine monotonie on y trouve beaucoup des fleurs, et si l'entretien laisse à désirer, aussi des arbustes et jeunes arbres d'autres espèces que le peuplier y commencent à pousser. Ici le sol sous les arbres est couvert d'un tapis de Lamier tacheté (Lamium maculatum), une plante vivace avec des tiges carrés et des feuilles très verts qui peut couvrir en peu de temps une grande surface.




Il fleurit presque douze mois par an, du moins quand l'hiver est doux et l'été pas trop sec. Parfois les feuilles sont tachetées, le labelle de la fleur l'est toujours.