La flore du Périgord est riche et abondante et elle nous prépare des belles surprises. Dans ce blog vous trouverez des portraits d'une centaine de plantes et fleurs sauvages d'ici. Au fil des saisons des nouvelles espèces sont ajoutées.

Corine est botaniste et photographe et elle vous proposera des Balades Botaniques guidées et autres activités autour de la flore sauvage, la végétation et la nature en Périgord.
Pour en savoir plus regardez "Les Balades" et le "Calendrier" à droite de ce page.


A bientôt !



30 septembre 2018

Scutellaire en casque


Cette plante pousse dans des endroits humides où le sol est un peu perturbé, par exemple par les engins agricoles ou par les sangliers. Elle est assez commune et fleurit à la fin de l'été. Parfois on la trouve en grande quantités, même au milieu des champs de mais si l'été était humide. Apparemment elle peut germer et pousser quand les traitements avec des herbicides au printemps ont fait leur travail et ne sont plus actifs.





La Scutellaire en casque (Scutellaria galericulata) est une petite Lamiacée pas trop remarquable au première vue. Elle n'est même pas vraiment odorante, comme la plupart des autres Lamiacées.






Les fleurs paraissent toujours par deux. Sur la photo on voit que les corolles sont pourvues d'une sorte de protubération bizarre, une bosse ou casque. Cela sert à quoi? Aucune idée.




Ici une plante bien touffue, dans les aiselles des feuilles opposées des nouvelles tiges carrées se développent. Et quand-même, les fleurs sont jolies!




17 septembre 2018

Viorne obier


C'est la saison des baies, et cette année il y a de quoi manger pour les oiseaux.



Comme par exemple les fruits de la Viorne obier (Viburnum opulus). Ses branches se penchent sous le poids. Elles portent des grappes de drupes rondes et brillantes et un peu transparentes.




Une rayon du soleil les embellit encore. Les feuilles, qui ressemblent aux feuilles d'un érable, commencent déjà à changer de couleur.







Aussi les fleurs blanches ne sont pas à négliger. Elles paraissent au mois de mai. Les petites fleurs à l'intérieur de la corymbe sont fertiles, les grandes fleurs à l'extérieur sont juste là pour rendre la floraison plus visible pour les insectes.





La Viorne obier est une arbuste qui pousse dans des endroits humides. Ici les Viornes font un écran qui cache le petit ruisseau.


6 septembre 2018

Polystic des marécages


La plupart des fougères ont besoin d'un environnement humide pour se sentir bien, et le Polystic des marécages (Thelypteris palustris) en a encore plus besoin que les autres. Cette belle fougère n'est pas très commune, peut-être parce que ses habitats préférés, les marécages et prairies humides, deviennent de plus en plus rares.





Ici, le Polystic des marécages pousse dans une prairie humide aux bords d'un petit ruisseau, presque caché parmi les laîches et iris. Il est drageonnant et le sol est couvert de beaucoup de petites touffes de frondes.







Les frondes sont d'un beau vert clair et finement découpés.






Les frondes fertiles sont un peu plus grands que les autres. Les bords des pinnules se recourbent autour des masses des spores de couleur très sombre.






Oui, il supporte bien les inondations. Au printemps, quand tous les ruisseaux et mares débordent, ses nouvelles frondes cherchent la lumière.