La flore du Périgord est riche et abondante et elle nous prépare des belles surprises. Dans ce blog vous trouverez des portraits d'une centaine de plantes et fleurs sauvages d'ici. Au fil des saisons des nouvelles espèces sont ajoutées.

Corine est botaniste et photographe et elle vous proposera des Balades Botaniques guidées et autres activités autour de la flore sauvage, la végétation et la nature en Périgord.
Pour en savoir plus regardez "Les Balades" et le "Calendrier" à droite de ce page.


A bientôt !



26 novembre 2019

Noisetier


Ceci, c'est un arbuste de Noisetier (Corylus avellanus) pendant une grosse pluie d'été.



Maintenant les feuilles tombent,  mais cette année elles ne tombent pas rapidement. Pour changer de couleur et pour se détacher des branches, elles ont besoin de quelques journées ou nuits froides. Cet automne il fait trop chaud, donc on voit encore beaucoup de vert dans les bois.



Ces feuilles de Noisetier, ovales, avec des nervures et dents bien visibles et une petite pointe typique au sommet, sont devenues un peu pâles, pas plus que ça.



Il y a des différences individuelles entre les arbustes, quand-même. Sous un Noisetier un peu plus loin on trouve pas mal de feuilles déjà tombées.


Dans quelques semaines on ne verra que les branches nues.




Un vieux Noisetier ressemble à un grand bouquet de branches et troncs qui sortent du sol au même endroit; quand les plus vieux troncs meurent, des nouvelles branches se développent à côte d'elles.



25 novembre 2019

Charme


Quelques feuilles tombées dans un forêt de charmes.



Mais normalement, les feuilles de charme (Carpinus betulus) deviennent jaune en automne, n'est ce pas? Il paraît que ce n'est pas toujours le cas.



Confirmé quand on regarde en haut. Deux charmes avec des feuilles rougeâtres. Des exceptions à la règle, ça existe.

18 novembre 2019

Lichen pulmonaire


Sur un tronc d'arbre pousse un lichen couleur salade. Au moins, en cette saison humide il est vert clair, pendant des périodes de sècheresse il est plutôt brunâtre ou gris. C'est le Lichen pulmonaire (Lobaria pulmonaria), un des plus grands lichens de France.




Le thallus (la "feuille") en forme de longue lobe plus ou moins pendante peut atteindre 40 cm de longueur. Ici les thalli sont beaucoup plus courts. Si on regarde de plus près, on voit qu'il y a des thalli de différentes nuances de vert qui sont différemment structurés.





Le lichen pousse lentement, et il y a des jeunes et des vieux thalli présents sur le même arbre.





Leur surface est réticulée et sur les crêtes poussent des petites sorédies, ici visible comme une sorte de poudre gris-blanc. Les sorédies servent à la réproduction végétale du lichen, elles contiennent des échantillons de l'ascomycète et du cyanobacter qui forment ensemble le lichen et qui peuvent se déplacer vers des autres arbres.


 
Le Lichen pulmonaire est un organisme des vieilles forêts avec des vieux arbres feuillus, comme en Dordogne les Chênes et Charmes. Parce qu'il est sensitive à certains types de pollution d'air, notamment au dioxide de soufre, il est disparu des régions industrialisées et urbanisées. En Périgord on le trouve encore, ça et là.


23 octobre 2019

Euphorbe à feuilles tachées


Certaines plantes adorent le goudron et la castine, surtout sur les petites routes. C'est le cas de l'Euphorbe à feuilles tachées (Euphorbia maculata). Elle se met à plat sur la surface carossable et la couvre avec une masse de petites branches.



On pense que toutes les Euphorbes se ressemblent, mais en fait la famille des Euphorbes est très variée avec des espèces très différentes l'un de l'autre et parfois à la première vue à peine reconnaissable. En France on n'a que deux groupes du genre Euphorbia: les vertes-jaunâtres avec au général un port plutôt dressé, et les vertes-rougeâtres au port prostré et étalé. L'Euphorbe à feuilles tachées appartient à la dernière catégorie.




Les feuilles sont parfois tachées de rouge, mais pas toujours. Les fruits sont reconnaissables comme des fruits d'Euphorbe, des petites boules pendantes. Chez l'Euphorbe à feuilles tachées ils sont couverts de soies blanches.
 



On a l'impression de voir des fleurs blanches. Sauf que ce ne sont pas des vraies fleurs, mais des appendices blanches aux glandes. Les fleurs verdâtres se trouvent à l'intérieur de ces glandes et elles sont à peine visible sur la photo.



L'Euphorbe à feuilles tachées est introduite de l'Amérique du Nord et maintenant on la trouve partout en Périgord.



15 octobre 2019

Linaire couchée


Elle n'est plus en fleur, à cette saison elle ne porte que des fruits, la Linaire couchée (Linaria supina). Les petites graines noires sont juste visibles dans les capsules.





Pendant l'été des grandes fleurs, grandes pour une plante si petite, d'un jaune lumineux attirent les insectes, pas seulement les abeilles comme ici mais aussi ceux qui peuvent atteindre le fond du long éperon. Les feuilles sont fines et linéaires.




La Linaire couchée est une plante plutôt méditerranéenne des endroits secs et pierreux, comme des pentes rocailleuses et des éboulis. En Dordogne on ne la trouve que rarement. Bien sûr sur quelques pentes calcicoles bien exposées au soleil, mais surtout sur les gares SNCF entre les rails, un habitat artificiel qui ressemble bien les endroits pierreux qu'elle aime.




Les fleurs sont amplement décorées avec des protubérances diverses, des nuances de jaune et de rouge et des rayures divergentes.



14 octobre 2019

Germandrée des marais


Après cet été chaud et sec, beaucoup de lacs, mares et étangs se sont assèchés. L'eau a simplement évaporée ou - pour la plus grande partie - elle a été utilisée par les agriculteurs pour arroser leur maïs. Il est normal qu'il y a moins d'eau à la fin de l'été qu'au printemps, mais cette année vraiment beaucoup d'eau a disparu. C'est une situation grave et cela crée des vrais problèmes pour beaucoup de habitats naturels et les espèces qui y vivent. Mais il y a des exceptions, comme cette Germandrée des marais (Teucrium scordium). Elle est abondante cette année.






Elle pousse dans des endroits humides où le niveau d'eau change souvent, comme ici dans un grand réservoir d'eau. On ne la trouve pas au milieu du lac; là il y a presque toute l'année de l'eau, même en été. On ne la trouve non plus sur les rives qui sont trop sèches. Mes entre les deux, où l'eau se retire de plus en plus durant les mois chauds, elle peut vivre. Ces racines souterraines survivent des périodes hivernales inondées, et quand le lac s'assèche elle fait des nouvelles pousses dans la vase et aussi beaucoup de stolons avec lesquels elle peut couvrir une grande surface.







Comme toutes les germandrées les fleurs n'ont que une lèvre, la lèvre inférieure. Les feuilles ont des dents arrondies et elles sont très duveteuses. Comme beaucoup de Lamiacées, la Germandrée des marais est odorante.






9 octobre 2019

Linaire bâtarde


Maintenant la floraison est terminée. Un méli-mélo de petites tiges plein de feuilles en coeur et des petits fruits couvrent le sol dans une friche. Les feuilles duveteuses de la Linaire bâtarde (Kickxia spuria) sont couverts de gouttelettes de rosée, ce qui les donne un aspect plutôt grisâtre dans cet image.




La linaire bâtarde est une plante plutôt messicole, mais pas exclusivement, on la trouve aussi en dehors des champs agricoles et des jardins potagers.




Elle est une plante annuelle et en général elle ne commence à pousser qu'au début de l'été. La croissance est rapide et efficace, dans quelques semaines une plante peut former des longs spaghettis couverts de feulles et de fleurs. Ces dernières sont toutes petites mais coloriées; l'éperon ressemble à la queue d'un petit animal.





La lèvre, ici fermée, est rouge foncé, presque noir, et la reste de la fleur est d'un jaune pâle.

Bonjour, kickxia !