La flore du Périgord est riche et abondante et elle nous prépare des belles surprises. Dans ce blog vous trouverez des portraits d'une centaine de plantes et fleurs sauvages d'ici. Au fil des saisons des nouvelles espèces sont ajoutées.

Corine est botaniste et photographe et elle vous proposera des Balades Botaniques guidées et autres activités autour de la flore sauvage, la végétation et la nature en Périgord.
Pour en savoir plus regardez "Les Balades" et le "Calendrier" à droite de ce page.


A bientôt !



17 avril 2016

Ophrys miroir


Quelle surprise! Un Ophrys miroir (Ophrys speculum) sous la pluie Périgourdine! Bleu martin-pêcheur, jaune soleil, brun chocolat...

Un peu comme un chien mouillé, quand-même.






Cette petite orchidée aux couleurs vives pousse normalement en Portugal, en Maroc, en Lybie ou dans des autres pays bien au sud de la France. On ne la trouve que très très rarement dans nos régions. En Dordogne, peut-être trois pieds par an dans tout le département. Comme beaucoup d'Ophrys elle a besoin d'un insecte pollinisateur pour se reproduire, en ce cas l'hyménoptère Dasycolia ciliata. L'Ophrys miroir émet des substances qui ressemblent bien les phéromones de cette guèpe, et le bord du labelle est couvert de poils bruns, et sa forme et ses couleurs font que le labelle ressemble vraiment à une femelle Dasycolia. L'orchidée fait tout le possible pour attirer un mâle Dasycolia, qui ensuite devrait essayer de copuler avec la fleur, et ainsi ramasser le pollen pour le transporter vers une autre fleur et la féconder.


Seulement, ça ne marche pas ! Dasycolia ciliata ne vit pas en France.

Et cette fleur pousse quand-même en France. Comment ça? Bonne question. Plusieurs réponses possible.

(1)
Les graines d'Ophrys miroir sont venues ici avec la boue collée sur les chaussures ou les roues de voiture de quelqu'un qui a passé ses vacances en région Méditeranéenne à la saison de fructification des orchidées. C'est possible, ça peut arriver, mais pour cet exemplaire ce n'est pas probable du tout.

(2)
Les graines de cet Ophrys sont transportées sur une grande distance avec les courants d'air haut dans l'atmosphère. Cela est possible; les graines d'orchidées sont très légères.


(3)
Le Dasycolia est venue jusqu'en France, peut-être avec le rechauffement climatique, sans être aperçu. Ou l'Ophrys miroir a trouvé un autre pollinisateur. En théorie, possible, mais en ce cas, on aurait trouvé des plantes qui font des graines. Ce qui n'est pas le cas.


En fait, les pieds qu'on trouve ici sont toujours seuls ou presque seuls, un indice que la plante ne répand pas des graines et qu'il n'y a pas de nouvelles plantes issues de ces graines autour d'elle.




Donc il est probable que chaque pied naît d'une graine venue de loin et que l'Ophrys miroir ne se reproduit pas du tout en France. Il faut répandre beaucoup de graines à cette façon pour que quelquesunes parmi elles tombent dans un sol fertile et adapté à ses besoins.

Or, l'Ophrys miroir aime les pelouses calcaires chaudes et ensoleillées, et le changement climatique fait que les pelouses calcaires en France se rechauffent. Donc, peut-être qu'on va rencontrer cette petite orchidée plus souvent. Et on ne sait pas, mais peut-être son pollinisateur déménagera vers le nord aussi...