La flore du Périgord est riche et abondante et elle nous prépare des belles surprises. Dans ce blog vous trouverez des portraits d'une centaine de plantes et fleurs sauvages d'ici. Au fil des saisons des nouvelles espèces sont ajoutées.

Corine est botaniste et photographe et elle vous proposera des Balades Botaniques guidées et autres activités autour de la flore sauvage, la végétation et la nature en Périgord.
Pour en savoir plus regardez "Les Balades" et le "Calendrier" à droite de ce page.


A bientôt !



31 mai 2015

Un drame


Chez la plupart des fleurs le pollen est une sorte de poussière fine. Quand un insecte visite une fleur il en est saupoudré et il le porte dans ses poils vers une autre fleur qui sera ainsi pollinisée.

Chez les orchidées, on trouve dans chaque fleurs deux pollinies en forme de petite massue. Au sommet de la pollinie se trouve le pollen, à l'autre côte de la colle. Quand un insecte visite la fleur, la pollinie se détache et se colle à la tête de l'insecte. L'insecte poursuit son chemin avec une ou deux protubérations sur sa tête. Quand il commence à butiner un autre fleur, le bout avec le pollen de la petite massue touche le stigmate de celle-là et elle sera pollinisée.

Si tout va comme il se doit.


Voilà un petit papillon, un Damier des prés (Mellicta parthenoides) posé sur un Orchis pyramidal (Orchis pyramidalis), dans la lumière douce du soir. Oui, c'est beau!



Mais il ne bouge pas du tout! Est-ce qu'il est endormi? Non, il est épuisé, et peut-être affamé, au milieu des fleurs pleines de nectar.



Après quelques minutes il commence à bouger et il essaye de mettre son proboscis dans une fleur. Le nectar se trouve au fond de l'éperon fin et long de la fleur. Il n'arrive pas à le faire, son proboscis ne rentre pas.
Des pollinies d'orchidée s'y sont collées et elles empêchent qu'il le rentre dans l'éperon. Sur les photos on voit les pollinies comme des petits objets jaune et violet.




Il essaye de se débarasser des pollinies, il frotte sa patte le long du proboscis. En vain, la colle est trop forte.



Encore une fois. Non, il n'y arrive pas.




Il n'a plus d'énergie pour continuer. Il ne peut même pas replier son proboscis comme il le faut. Est-ce qu'il va survivre? Non, si la colle ne lâche pas, il va mourir de faim et de soif et de fatigue.

On ne peut pas l'aider avec une pincette, il est trop fragile. Et on ne peut pas amener les papillons sauvages chez le vétérinaire. Non, ça ne va pas.