Dans ce blog vous trouverez des portraits de quelques centaines de plantes et fleurs sauvages du Périgord. Au fil des saisons des nouvelles images seront ajoutées.

Corine Oosterlee, botaniste et photographe, vous propose également des Balades Botaniques guidées et autres activités autour de la flore sauvage, la végétation et la nature en Périgord. Pour en savoir plus regardez sur son NOUVEAU SITE baladebotanique.fr.

Son site photographie est corineoosterlee.com.


26 novembre 2019

Noisetier


Ceci, c'est un arbuste de Noisetier (Corylus avellanus) pendant une grosse pluie d'été.



Maintenant les feuilles tombent,  mais cette année elles ne tombent pas rapidement. Pour changer de couleur et pour se détacher des branches, elles ont besoin de quelques journées ou nuits froides. Cet automne il fait trop chaud, donc on voit encore beaucoup de vert dans les bois.



Ces feuilles de Noisetier, ovales, avec des nervures et dents bien visibles et une petite pointe typique au sommet, sont devenues un peu pâles, pas plus que ça.



Il y a des différences individuelles entre les arbustes, quand-même. Sous un Noisetier un peu plus loin on trouve pas mal de feuilles déjà tombées.


Dans quelques semaines on ne verra que les branches nues.




Un vieux Noisetier ressemble à un grand bouquet de branches et troncs qui sortent du sol au même endroit; quand les plus vieux troncs meurent, des nouvelles branches se développent à côte d'elles.



25 novembre 2019

Charme


Quelques feuilles tombées dans un forêt de charmes.



Mais normalement, les feuilles de charme (Carpinus betulus) deviennent jaune en automne, n'est ce pas? Il paraît que ce n'est pas toujours le cas.



Confirmé quand on regarde en haut. Deux charmes avec des feuilles rougeâtres. Des exceptions à la règle, ça existe.

18 novembre 2019

Lichen pulmonaire


Sur un tronc d'arbre pousse un lichen couleur salade. Au moins, en cette saison humide il est vert clair, pendant des périodes de sècheresse il est plutôt brunâtre ou gris. C'est le Lichen pulmonaire (Lobaria pulmonaria), un des plus grands lichens de France.




Le thallus (la "feuille") en forme de longue lobe plus ou moins pendante peut atteindre 40 cm de longueur. Ici les thalli sont beaucoup plus courts. Si on regarde de plus près, on voit qu'il y a des thalli de différentes nuances de vert qui sont différemment structurés.





Le lichen pousse lentement, et il y a des jeunes et des vieux thalli présents sur le même arbre.





Leur surface est réticulée et sur les crêtes poussent des petites sorédies, ici visible comme une sorte de poudre gris-blanc. Les sorédies servent à la réproduction végétale du lichen, elles contiennent des échantillons de l'ascomycète et du cyanobacter qui forment ensemble le lichen et qui peuvent se déplacer vers des autres arbres.


 
Le Lichen pulmonaire est un organisme des vieilles forêts avec des vieux arbres feuillus, comme en Dordogne les Chênes et Charmes. Parce qu'il est sensitive à certains types de pollution d'air, notamment au dioxide de soufre, il est disparu des régions industrialisées et urbanisées. En Périgord on le trouve encore, ça et là.