La flore du Périgord est riche et abondante et elle nous prépare des belles surprises. Dans ce blog vous trouverez des portraits d'une centaine de plantes et fleurs sauvages d'ici. Au fil des saisons des nouvelles espèces sont ajoutées.

Corine est botaniste et photographe et elle vous proposera des Balades Botaniques guidées et autres activités autour de la flore sauvage, la végétation et la nature en Périgord.
Pour en savoir plus regardez "Les Balades" et le "Calendrier" à droite de ce page.


A bientôt !



28 février 2019

Pulmonaire à longues feuilles


Presque toute l'année on peut trouver les feuilles de la Pulmonaire à longues feuilles (Pulmonaria longifolia). Il faut les chercher dans les forêts, au bord d'un chemin, de préférence dans une châtaigneraie ou autre bois sur sol plutôt acide. Les feuilles sont tachetées, et avec un peu (beaucoup!) de fantaisie on dirait qu'elles ressemblent 'l'intérieur d'un poumon'. D'où son nom. Par analogie, selon certains, la plante serait utilisable en médecine pour des maladies du poumon. Laissons de côté les croyances diverses...




En ce moment elles font des petites rosettes et les boutons des fleurs sont déjà visibles. Comme chez beaucoup de plantes tachetées, chaque individu a des taches typiques pour elle, de forme, taille et intensité propre à cet individu. Il n'y a pas deux plantes pareilles.






La plante ci-dessous a encore une feuille de l'an dernier. En été, la Pulmonaire à longues feuilles produit des feuilles beaucoup plus grandes, jusqu'au 50 cm de longueur. Les vieilles feuilles disparaissent en hiver. Sauf cette seule feulle ci-dessus, apparemment.





Maintenant, fin février, on peut trouver les premières fleurs. Et quelles fleurs!




Il n'y a rien d'anormal, c'est une plante qui fleurit précocement, à la fin d'hiver. Le temps chaud et ensoleillé exceptionnel des dernières semaines n'a pas eu tellement d'influence sur elle; les nuits froides ont bien freiné la végétation. 




10 février 2019

Charme


Le Charme (Carpinus betulus) est un arbre très commun en Périgord. Il pousse surtout sur des versants nord et dans les vallées profonds, où il peut former des forêts étendues et ombragées. Il a remplacé les Hêtres, qui ont quasiment disparus de Dordogne. Même type d'arbre, à peu près le même habitat. Normalement les charmes n'atteignent pas un grand age. On ne rencontre pas tous les jours un vieux Charme comme celui-ci. Ce Mathusalem est plutôt haut que large, et son son tronc montre un réseau d'épaisseurs, comme si l'arbre serait composé de plusieurs troncs fins et entrelacés.





C'est normal pour un Charme d'avoir le tronc cannelé, comme on voit ci-dessous. Si on ne le voit pas, on peut le sentir en passant ses doigts sur l'écorce fine pour sentir le bois ondulé au-dessous.





A peine visible sur la photo: les boutons commencent à grandir dans ce bosquet encore bien hivernal. Le Charme developpe ses feuilles un peu avant les Chênes et Châtaigniers. Encore quelques semaines et les boutons commencent à éclore.



Et voilà, fin mars, les feuilles!



Elles ressemblent aux feuilles d'un Hêtre, mais elles sont plus mates et d'un vert plus clair, et il n'y a pas de poils sur les bords.

Les châtons - ici les mâles - se développent en même temps que les feuilles.



Ils bougent avec le vent qui transporte les pollen où il veut.