Dans ce blog vous trouverez des portraits de quelques centaines de plantes et fleurs sauvages du Périgord. Au fil des saisons des nouvelles images seront ajoutées.

Corine Oosterlee, botaniste et photographe, vous propose également des Balades Botaniques guidées et autres activités autour de la flore sauvage, la végétation et la nature en Périgord. Pour en savoir plus regardez sur son NOUVEAU SITE baladebotanique.fr.

Son site photographie est corineoosterlee.com.


19 mai 2009

Muscari à toupet



Cette araignée crabe ne construit pas une toile, mais se pose dans une fleur en attendant une proie. Quand un insecte arrive à la recherche du nectar, elle le saute sur le dos et le tue. Oui, c'est bien une 'elle', les mâles sont beaucoup plus petits. Ici elle a choisi un Muscari à toupet (Muscari comosum).









Maintenant on trouve le Muscari à toupet au bord des routes et dans des prairies. C’est une plante bulbeuse, comme les muscari qu’on trouve dans les jardins.


Sur la photo ici on voit bien qu’elle a deux types de fleurs. En bas il y a des fleurs pourpres ou brunâtres qui sont fertiles. Avec sa partie supérieure la plante attire les insectes (et les araignées) avec des fleurs infertiles d’un bleu flambant.


9 mai 2009

Spirales


Dans la plupart des plantes vasculaires les jeunes feuilles sont pliées ou enroulées en forme de cylindre. Pas dans les fougères, leurs jeunes frondes font des spirales. Maintenant c’est le moment de les chercher. Les deux espèces suivantes sont faciles à trouver.


La Langue de Cerf (Asplenium scolopendrium) pousse dans l’ombre des arbres, sur des pentes raides et pierreuses.
















Et la Fougère Aigle (Pteridium aquilinum) couvre le sol dans des chênaies et châtaigneraies.


4 mai 2009

Deux ophrys


Voilà les deux orchidées les plus petites de Trémolat, seulement quelques centimètres de hauteur. Attention de ne pas les écraser sous les pieds! Elles poussent dans des lieux arides avec peu de végétation. Une clairière dans une chênaie ouverte, mais aussi un endroit qui n’a pas l’air belle ou naturelle du tout. Le genre de lieu où les gens brûlent leurs ordures ou font du motocross.

Toutes les deux font partie du genre des Ophrys, dont les fleurs ressemblent à un insecte posé sur une fleur. Au moins, certains abeilles mâles sont convaincus qu’il s’agit des abeilles femelles ; ils essayent de copuler avec la fleur et emmènent donc le pollen d’une fleur à une autre.



La première c’est l’Ophrys jaune (Ophrys lutea).


















Et ci-dessous l’Ophrys sillonné (Ophrys sulcata).

















Ces espèces méditerranéennes ont leur limite nord dans cette partie de la France. Peut-être parce qu’elles ne supportent pas le froid; peut-être que leurs pollinisateurs ne peuvent vivre que dans les climats doux.