Dans ce blog vous trouverez des portraits de quelques centaines de plantes et fleurs sauvages du Périgord. Au fil des saisons des nouvelles images seront ajoutées.

Corine Oosterlee, botaniste et photographe, vous propose également des Balades Botaniques guidées et autres activités autour de la flore sauvage, la végétation et la nature en Périgord. Pour en savoir plus regardez sur son NOUVEAU SITE baladebotanique.fr.

Son site photographie est corineoosterlee.com.


21 juillet 2016

Fumana des montagnes


Il fait chaud, le soleil tape, les plantes commencent à griller.





Les feuilles du Fumana des montagnes (Fumana ericifolia) commencent déjà à prendre une couleur d'automne. Ce petit arbuste pousse au ras du sol dans les prairies et friches ensoleillées sur calcaire. Malgré son nom elle préfère la plaine ou les collines.




Maintenant on voit surtout les fruits couleur rouille, avec ça et là encore une fleur.

Pour voir les fleurs il faut partir de bonne heure, la floraison de ce petit hélianthème est éphemère et les pétales tombent après quelques heures.







Il y a plusieurs espèces de Fumana, chez le Fumana des montagnes les fleurs sont portés par un pédicelle long qui se courbe vers le bas après la floraison.



9 juillet 2016

Gaillet divariqué


Le Gaillet divariqué (Galium divaricatum) est trop subtile pour être vu facilement. On regarde à travers un nuage de fines tiges et fruits minuscules et on voit surtout l'herbe qui pousse derrière la plante. Avec l'appareil photo c'est un peu plus facile, on met la mise au point sur la plante et les brins d'herbe disparaissent dans le flou.






C'est un vrai gailllet, des tiges chaotiques qui poussent dans tous les sens, apparemment sans trop de respect pour la loi de la gravitation. On ne sait pas où la plante commence et où elle se termine.





Les tiges carrées portent quelques feuilles verticillées aux noeuds. Des touts petits poils rudes les donnent un aspect scabre au toucher.





Quant aux fleurs, elles existent mais on ne les voit pas sans une bonne loupe. La corolle mesure au maximum un demi millimètre. Une petite bosse rougeâtre ou rose sur les jeunes fruits, c'est tout. En théorie elles sont en forme d'une étoile à quatre points, comme chez les autres gaillets, mais cela reste théorie parce qu'on ne peut pas les bien voir.








Après la floraison, les fleurs au moins respectent la force de la gravitation, les petits fruits sont pendantes sur des pédoncules courtes, et c'est ce caractéristique qui distingue le Gaillet divariqué d'un autre espèce de gaillet tout proche. C'est aussi assez subtile...